Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, Barnes utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Faut-il vendre ou acheter d’abord ?

Show light - BARNES Bordeaux - Immobilier de luxe, appartements et maisons de prestige à Bordeaux

Vendre avant d’acheter ou vice-versa ? Voilà une question brûlante que se pose chaque propriétaire souhaitant vendre son bien pour en racheter un. Certains éléments sont à considérer pour y répondre.

Les effets de la conjoncture immobilière 

Doit-on vendre son bien au préalable afin d’être certain d’avoir des fonds ? Ou faut-il a contrario acheter d’abord la maison pour laquelle le coup de cœur fut irrésistible avant de vendre au risque de devoir prendre un prêt relais ? L’état du marché peut être un élément décisif pour décider de la solution à adopter. D’ordinaire, il n’y pas d’équilibre entre l’offre et la demande de biens anciens.  

Deux situations coexistent :

  1. Dans le premier cas, les transactions s’effectuent rapidement car les prix sur le marché immobilier ne bougent pas ou remontent. Le nombre d’offres diminue alors, cette rareté entraînant une impossibilité de satisfaire la demande. Il n’y a aucune difficulté à vendre, mais à trouver le bien idéal. Certains aspirants acheteurs peuvent attendre pendant des semaines, voire des mois, sans trouver ce qu’ils recherchent. Ce contexte n’est pas à leur avantage, car ils se retrouvent devant un choix de biens limité et peuvent voir la maison de leur rêve s’envoler sous leurs yeux s’ils ne sont pas assez réactifs. Il est alors nécessaire d’acheter le plus rapidement possible, sans forcément avoir eu le temps de revendre son propre bien.
  2. Dans le second cas en situation de crise immobilière, l’offre de biens est au contraire plus importante que la demande. En conséquence, les prix baissent car trop de biens sont disponibles sur le marché. La difficulté n’est ici pas d’acheter, mais de réussir à vendre.   

Le choix du prêt relais 

Vous espérez que la vente de votre habitation vous permettra de financer une partie de votre future acquisition. Mais la catastrophe guette ! Vous vous portez acquéreur d’un superbe appartement pour lequel vous avez eu le coup de foudre alors que votre logement n’est pas encore vendu. Comment régler la transaction alors que vous n’avez pas encore en votre possession le produit de votre vente ? La solution : le prêt relais. 

Également nommé « prêt achat revente », il vous permet de faire face au manque d’argent du moment. Le montant d’un crédit relais est établi par la banque. D’une durée relativement réduite (maximum 2 ans), il est calculé proportionnellement à la valeur estimée de votre bien à vendre. 

Son taux est en général le même que celui de votre prêt immobilier principal. Le crédit relais oscille de 50 à 70 % de l’estimation en fonction des sociétés bancaires. Ainsi, si votre bien a par exemple été estimé à 300 000 €, l’établissement créancier peut vous prêter jusqu’à 210 000 €, soit 70 % de sa valeur. Notez que la somme prêtée en crédit relais est appréciée en tant qu’apport personnel. 

La réalisation de la vente et de l’achat en simultané : une bonne idée ?  

Si vous revendez votre bien et en achetez un nouveau simultanément, non seulement un prêt relais n’est pas nécessaire, mais en plus le produit de la vente vous permet d’acquérir sans délai votre nouveau logement. Néanmoins, pour pouvoir effectuer les deux transactions au même moment chez le notaire, il faut pouvoir prévoir les choses. Négociez ainsi avec le vendeur ou votre agence immobilière le choix de la date de signature, même si la signature des compromis de vente a eu lieu à plusieurs jours ou semaines d’écart. Cet accord n’a bien évidemment aucune valeur juridique et peut devenir caduque si le délai entre les deux signatures est trop long.

Vendre ou acheter d'abord : l’importance de votre situation financière

Vous signez l’achat de votre cinq pièces chez le notaire avant d’avoir vendu votre bien immobilier ? Pour cela, encore faut-il en avoir les moyens financiers. Il est en effet fondamental de posséder le budget nécessaire pour pouvoir supporter la possession de deux logements de manière concomitante. Il est assurément onéreux de rembourser à la fois un prêt pour le bien dont vous vous séparez et un second crédit pour celui que vous venez d’acheter. Vous devez payer vos mensualités, mais également vous acquitter de multiples autres dépenses comme les charges de copropriété, les frais d’entretien, les taxes d’habitation et autres impôts.